5 conseils pour bien débuter sa carrière d’infirmière libérale

infirmière

Votre décision est prise depuis bien longtemps maintenant. Vous souhaitez ardemment vous installer comme infirmière libérale. Ce changement implique une certaine prise de risque. Allez-vous regretter votre choix un jour ? Pour ne pas en arriver à une telle extrémité, prenez le temps de lire les informations du texte ci-dessous. Vous y découvrirez cinq précieux conseils qui vous seront utiles pour lancer votre nouvelle carrière sur de bons rails !

1. Rechercher une première expérience

Bien sûr, vous maîtrisez déjà le maniement du matériel médical comme les pansements à usage unique, les compresses hygiéniques en coton, les gants stériles et autres masques jetables. Vos compétences médicales sont au point et le principe de la désinfection ou encore le processus de prolifération des bactéries (ainsi que d’autres substances) n’ont plus le moindre secret pour vous. En revanche, vous ne connaissez pas pour le moment les contraintes engendrées par le fonctionnement en libéral ! Pour mieux appréhender cet aspect, il est fortement recommandé de vivre quelques tournées avant de se lancer définitivement. Pour cela, il suffit de vous inscrire quelques semaines en tant qu’infirmière libérale remplaçante. Vous serez alors présent sur une liste et convoquée à chaque fois qu’un ou titulaire ne sera pas disponible. En procédant ainsi, vous aurez également un premier aperçu du fonctionnement d’un cabinet libéral. Attention, pour obtenir le statut d’infirmier libéral, vous devrez justifier d’une certaine expérience (au minimum 2 400 heures en milieu hospitalier ou dans un établissement de soins dans un maximum de six années de travail).

2. Choisir votre zone d’activité

Ce critère doit être défini longtemps à l’avant et être le fruit d’une intense réflexion. Il apparaît en effet comme déterminant en vue de votre réussite. Vous n’êtes pas sans savoir en effet que certaines parties du territoire sont largement moins bien dotées que d’autres en matière d’offre médicale. Et les infirmières libérales ne font pas figure d’exception ! Si vous souhaitez tout de même vous installer dans une zone déjà bien pourvue, sachez que vous prenez le risque d’en être empêché. Une commission est en effet chargée d’étudier chaque candidature et peut apposer son veto à votre projet si elle le juge utile. Pour éviter ce risque et favoriser le démarrage de votre nouvelle activité, privilégiez tout simplement les zones les moins bien dotées en équipements et en personnel médicaux !

3. Investir dans un bon véhicule

À moins que vous ne soyez installé au cœur d’une grande ville, vous devrez vous servir d’un véhicule pour vous rendre chez les patients. Celui-ci doit donc être fiable, sûr et bien entretenu. Ne négligez pas non plus son confort ainsi que le volume des espaces de rangement. Vous passerez en effet de longues heures chaque jour à l’intérieur. Vous conduirez bien sûr mais vous passerez aussi des appels, écouterez de la musique. Parfois même vous y mangerez et vous vous y reposerez ! N’oubliez pas non plus que vous y stockerez votre matériel médical…

4. Se faire connaître auprès des professionnels de santé

L’idéal est de vous constituer un réseau solide composé de plusieurs professionnels de santé. Commencez vos démarches au moins deux mois avant le démarrage réel de votre activité. Prenez contact avec les médecins, les kinés, les pharmaciens et autres travaillant sur votre secteur et aux alentours. Rencontrez-les si possible et glissez toujours une carte avec vos coordonnées. Attention, il est important de rappeler qu’une infirmière libérale n’a pas le droit d’effectuer de la publicité en rapport avec son activité. Quelques jours avant l’ouverture officielle de votre cabinet, vous devrez mobiliser votre réseau. Une bonne idée pour le faire consiste peut-être à les convier à une soirée d’inauguration par exemple !

5. Faire preuve de patience au démarrage

Enfin, la nouvelle aventure commence ! Il faut dire que vous vous êtes beaucoup investi pour en arriver là. Vous n’avez pas compté votre temps, vos efforts ni même vos dépenses financières. Cependant, rien ne garantit que le cabinet tournera à plein régime dès son ouverture. Il n’est pas rare en effet d’observer une activité moyenne dans ce genre de circonstance. C’est pourquoi il est fortement conseillé de disposer d’une certaine réserve afin d’anticiper cela. Elle vous permettra de remplir les trous passagers de trésorerie. Enfin, n’oubliez pas non plus que vous aurez des charges à payer dont le montant cumulé peut représenter plus de la moitié de votre chiffre d’affaires !

Les types d’entorse du poignet et les soins adaptés
Qu’est-ce qu’un système de télésoins ?