6 questions fréquentes sur les appareils auditifs

appareils auditifs

Vous prenez de l’âge et votre audition n’est logiquement plus aussi performante qu’auparavant. Savez-vous qu’il est possible de vous équiper afin de mieux entendre ? Il existe en effet de nombreux appareillages adaptés aux malentendants, aux personnes atteintes de surdité et de déficience auditive. Apprenez à les découvrir en prenant connaissance des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le sujet !

1. Comment choisir son équipement ?

Cette étape est déterminante car il ne faudrait pas oublier que vous allez porter cet appareil auditif pendant des années et ce, plusieurs heures par jour ! Pour orienter votre choix, prenez rendez-vous avec un audioprothésiste. Ce dernier sera à votre écoute et réalisera une analyse complète de votre profil auditif actuel. Sur la base de ces informations, il vous conseillera un ou plusieurs types d’appareil. Outre le profil auditif, plusieurs autres paramètres interviennent dans la décision. Il s’agit notamment de vos habitudes de vie. Certains sont par exemple fréquemment exposés aux situations bruyantes dans leur vie professionnelle tandis que d’autres pratiquent régulièrement des activités physiques intenses. En dépit des prises en charges potentielles, les possibilités financières des demandeurs restent malheureusement toujours un facteur limitant.

2. Qu’est-ce qu’un appareil intra-auriculaire ?

Les fabricants rivalisent d’ingéniosité afin de proposer des solutions efficaces contre la perte auditive. Il est désormais possible d’acheter des modèles performants, confortables et surtout très discrets ! Ces prothèses auditives révolutionnaires sont qualifiés d’intra auriculaire. Comme cette appellation le laisse à entendre, l’appareil est directement logé dans le conduit auditif. Par conséquent, ils sont invisibles pour votre interlocuteur. Néanmoins, ces équipements possèdent quelques inconvénients, à commencer par une fragilité supérieure à celles des autres prothèses. Ils exigeront également un entretien bien plus minutieux et fréquent. Certaines personnes ainsi équipées se plaignent parfois d’effets désagréables comme une sensation d’oreille bouchée, des acouphènes ou une résonance accentuée du bruit. Après quelques semaines d’utilisation, ces inconvénients s’estompent peu à peu et finissent même par disparaître.

3. Quelles sont les différences entre les appareils auditifs analogiques et numériques ?

Les appareils analogiques sont les premiers à être commercialisés, voici désormais plusieurs dizaines d’années. Cette technologie devient peu à peu obsolète et est progressivement remplacée par le numérique. Certains fabricants (parmi les plus connus au monde) ne proposent d’ailleurs même plus les équipements analogiques dans leurs catalogue de vente. Il faut dire que les appareils numériques offrent davantage de confort aux patients. Il est également plus simple d’adapter les réglages en fonction du profil de chacun. La restitution des sons devient optimale et les nuisances sont mieux filtrées.

4. Est-il possible d’écouter de la musique ?

Tout dépend en réalité de votre profil auditif. Si jamais la perte concerne avant tout les fréquences aiguës, vous n’obtiendrez jamais une bonne restitution sonore pour une écoute au casque. Pour apprécier totalement chacune des notes, vous devrez alors nécessairement diffuser la musique dans une pièce. Dans de telles conditions, votre appareil sera en capacité de vous restituer fidèlement à la fois les sons graves, aigus et intermédiaires. Si vous souhaitez approfondir cette question, renseignez-vous au sujet des fréquences sonores et de la notion de bande passante. N’hésitez pas non plus à évoquer le sujet avec votre audioprothésiste !

5. Que se passe-t-il en cas de panne ?

Il ne faut pas croire que ces appareils n’ont jamais de problème technique. Eux aussi sont également concernés par des pannes. Ce genre de situation est forcément problématique. Déposez votre équipement dans le centre le plus proche de chez vous. Pour en connaître la liste, rendez-vous sur le site internet du fabricant de vos prothèses. Un technicien étudiera alors votre cas. Il recherchera toujours en priorité la possibilité de vous dépanner au plus vite (dans près de deux cas sur trois, la réparation intervient en moins de deux heures). Des prêts d’appareils (avec envoi à votre domicile en moins de trois jours) sont également possibles à condition d’avoir souscrit au préalable à un tel service.

6. Peut-on les éteindre ?

Les appareils les plus anciens étaient dotés d’un interrupteur permettant de les stopper. Ce fonctionnement n’existe plus sur les prothèses modernes. Pour les éteindre, vous devrez en effet retirer les piles ou, à minima, ouvrir le compartiment qui les hébergent. Restez néanmoins bien conscient que même ainsi vos piles auditives continueront à se décharger. Vous risquez donc de réduire l’autonomie de votre appareil en procédant de la sorte. Le tiroir peut également s’endommager à force de l’ouvrir trop fréquemment.

Comment choisir la bonne aide auditive ?
Appareils auditifs : des ordinateurs miniatures sophistiqués